Objectif emploi avec 1000 emplois / 1000 entreprises : Jacques Taquoi, Directeur Général de Koryo témoigne

950

Le programmes 1000 emplois / 1000 entreprises a pour objectifs de faciliter le recrutement et d’améliorer la compétitivité des entreprises de l’ensemble de la filière de la communication.

Le partenariat entre Pôle emploi Paris et l’Observatoire COM MEDIA a permis la mise en place d’une équipe de conseillers Pôle emploi dédiée à ce dispositif. Formés aux spécificités et aux évolutions des métiers de la filière de la communication, ils bénéficient de la part des adhérents de l’Observatoire COM MEDIA de séances régulières d’échanges afin de proposer les profils les plus en adéquation avec les offres d’emploi des entreprises participantes.

Le vendredi 1er septembre, Jacques Taquoi, Directeur Général de Koryo Group, est venu rencontrer des conseillers Pôle emploi autour des métiers du print et plus particulièrement celui de chef de fabrication. Nous avons recueilli son témoignage.

Observatoire COM MEDIA : Pourquoi avez-vous participé à cet échange avec l’équipe Pôle emploi mobilisée sur le programme 1000 emplois / 1000 entreprises ?

Jacques Taquoi : J’étais déjà passé par Pôle emploi pour recruter des collaborateurs et j’avais constaté que les candidats ne correspondaient pas toujours aux caractéristiques des postes proposés. Cette inadéquation entre nos besoins et les profils proposés entraînaient trop souvent une perte de temps voire nous empêchait de recruter via ce canal. Adhérent à l’Observatoire COM MEDIA, j’ai été informé de la mise en place du programme 1000 emplois/1000 entreprises. Lorsque ses contours m’ont été précisés, j’ai trouvé la démarche de l’association et celle de Pôle emploi Paris à la fois inédite et intéressante, c’est pourquoi j’ai voulu y participer mais aussi partager mon expérience des métiers du print et particulièrement celui de chef de fabrication. Je souhaite le succès à cette initiative qui répond à un besoin vital des entreprises de l’ensemble de la filière de la communication.

O.C. : Quels sujets avez-vous abordés avec les conseillers Pôle emploi présents à cette réunion ?

J.T. : J’ai commencé par apporter des précisions sur la terminologie à employer autour du métier de chef de fabrication. En effet, la terminologie est identique que l’on exerce en agence, en plateforme, et même en imprimerie, mais les critères de compétences notoirement différents. Cette profession est en pleine évolution avec l’émergence de nouvelles technologies, et diffère selon l’univers dans lequel le collaborateur est amené à travailler. Elle est désormais à la croisée du physique, le print, du digital et du numérique. Après avoir fait le tour du métier, j’ai veillé à préciser quels étaient les critères indispensables auxquels devait satisfaire un profil pour répondre aux besoins des entreprises de notre secteur. La difficulté vient là encore que derrière le même intitulé de poste, les compétences demandées peuvent être plus ou moins différentes selon la clientèle visée par l’entreprise recruteuse et son business modèle.

Un chef de fabrication dans l’édition a des compétences qui ne sont pas les mêmes que celui qui fabrique des catalogues de VPC, ou encore de celui qui est amené à produire des imprimés destinés à la distribution boîtes aux lettres.

Si cette réunion, n’a pas la prétention d’être une formation complète, elle a le mérite d’apporter un éclairage pragmatique sur les besoins des entreprises et aidera, j’en suis convaincu, les conseillers Pôle emploi, déjà bien informés, à affiner encore les profils qu’ils sélectionneront durant leur sourcing de candidats.

LAISSER UN COMMENTAIRE