Le coût global : l’explication du made in France

4942

GROUPE DE TRAVAIL « COÛT GLOBAL ET CRÉATION DE VALEUR »

Ce groupe se donne pour objectif de démontrer, via une catégorie d’achat concrète, que des achats pleinement responsables vis-à-vis des différentes parties prenantes concernées, en priorité le client donneur d’ordre et ses fournisseurs, sont de nature à générer une valeur économique pour les uns et pour les autres.

La valeur économique apportée aux uns et aux autres est susceptible de se traduire à la fois par des réductions de coût, ainsi que par la génération de revenus additionnels.

Animateurs* :

  • Martine BOURGADE – Médiation inter-entreprises et Médiation des Marchés Publics
  • Dominique SCALIA – Observatoire Com Media
  • Jacques SCHRAMM  – A2 Consulting
  • Eric PRINET – A2 Consulting

Participants* :

  • Christophe ASSEMAT – Staci
  • Anne AZAMMIT – Entagos
  • Nicolas BAUDART – Club Courrier la Couronne
  • Paul-Henri BERGES – Docapost
  • Florence CUSTOT  – Xerox)/Xplor
  • Maria DANIEL  – Konica-Minolta
  • Sylvie DESCHATRES – Conseil en achats marketing-communication
  • Hervé GONCKEL – RDSL
  • Sébastien HARDY – Diadem Packaging
  •  Gilles MAURISSET – Altavia
  • Eric NOLEAU – Docapost
  • Gérard PETIET – Dupliprint
  • Charles POUGET – KORYO
  • Christian VANHAUWAERT – L’Observatoire Com Media
  • Yves VINCENT – Docsourcing

Les grands enjeux auxquels doit faire face la filière « Communication » :

Dans un contexte économique très tendu, la filière communication représente des enjeux importants mais présente également des facteurs de complexité forts :

  • Périmètre investit de 34 MM€ en 2013, et plus de  51 MM€ en incluant le périmètre Courrier
  • 15 secteurs représentés et 4 nouveaux secteurs liés à l’intégration de la filière courrier
  • Les secteurs représentés sont très diversifiés :
    • Activités industrielles
    • Activités de services
    • Activités liées aux nouvelles technologies (type collaboratif ou CRM)
    • 600 donneurs d’ordre représentent 90% des investissements et font vivre une filière de plus de 50 000 entreprises
    • Sur ces 50 000 entreprises, 85% sont des TPE répartis sur toute la France (acteurs locaux de l’emploi)
    • 65% des annonceurs sont localisés en IDF

Identification et priorisation des ambitions du GT

Compte tenu de la diversité de la filière, le cadrage des objectifs du GT est un point essentiel afin de s’assurer de l’utilité des travaux (livrables concrets et opérationnels)

Globalement, le groupe se donne pour objectif de démontrer, via une catégorie d’achat concrète, que des achats pleinement responsables vis-à-vis des différentes parties prenantes concernées, en priorité le client donneur d’ordre et ses fournisseurs, sont de nature à générer une valeur économique pour les uns et pour les autres.

La valeur économique apportée aux uns et aux autres est susceptible de se traduire à la fois par des réductions de coût, ainsi que par la génération de revenus additionnels.

De nombreuses notions ou approches ont été évoquées par les différents participants comme base de travail pour les travaux :

  • Identifier les axes de création de valeur connus ou inconnus de la filière
  • Impact de la Loi Sapin et de l’impact sur la chaîne de valeur réglementée dans le média (27% de l’investissement)
  • Rôle et impact du marché de l’intermédiation
  • Destruction de valeur liée à la forte compétition entre acteurs
  • Problématique française de la non valorisation des idées
  • Enjeux liés à la valorisation des droits de cession d’idées
  • Emergence des plateformes maintenant plateforme c’est du prix ! (donc sup de co !)
  • Importance pour la profession de communiquer sur la destruction de valeur en 10 ans dans la filière et la nécessité pour la profession d’alerter sur son état de santé
  • Focus éditique : contexte économique très sensible
  • Dans certains secteurs, les baisses atteignent 3% voir plus
  • Certaines filières ont du mal à gérer un contexte de décroissance de l’activité
  • Nécessité d’aller chercher la valeur chez les clients dans un contexte où les clients ont une approche court-termiste
  • Rôle de l’innovation et de la recherche et capacité à les valoriser lors de l’émergence de sauts technologiques à valoriser les économies induites
  • Favoriser les transversalité entre les différents acheteurs de grands groupes qui sont généralement fortement cloisonnés et qui n’ont donc pas une vision globale de l’achat
  •  Lors de reconductions d’AO, les acheteurs imposent comme pré requis une stabilité des prix alors même que les conditions évoluent et que
  • Les marchés subséquents des collectivités locales peuvent être fortement destruction de valeur
  • Risque de banalisation des prestations à vers où aller vers de la valeur ajoutée, comment ne pas la banaliser,  comment promouvoir et la vendre en interne
  • Nécessité d’exprimer une valeur et de montrer son intégration de la chaine de la valeur jusqu’au client final

LAISSER UN COMMENTAIRE