Data : pour un marketing basé sur la confiance

1330

La data n’est pas virtuelle, elle est la traduction d’interactions bien réelles le plus souvent dans le monde physique. Nous avons appris à connaître nos droits en tant que personne physique mais nous devons à l’avenir faire de même avec notre personne numérique. Si la qualité d’une base de données est primordiale (régulièrement vérifiée, mise à jour et corrigée), son administrateur doit pouvoir immédiatement prendre en compte des demandes comme le droit à l’oubli total ou partiel.

Pour instaurer une relation de confiance avec ses clients, une marque doit privilégier la qualité et la rapidité plutôt que le pur volume. « Smart better than big », le consommateur appréciera davantage une marque prenant la peine de ne lui envoyer que des messages dans un cadre strictement défini à l’avance, transparent et modifiable à volonté et sur l’instant. Cette confiance se mérite aussi par l’attention portée à la sécurité des données. La plupart des données collectées par les entreprises à des fins stratégiques sont des données privées venues tout droit des comptes utilisateurs.

Transparence, flexibilité, sécurité, la data ne doit plus se cacher pour être perçue comme respectueuse.

Ces problématiques seront intégrées au débat qui sera animé durant la table ronde « Data – Organiser le chaos, créer les solutions pour réussir » lors des Chemins de l’innovation #3 qui se tiendra le 17 mai prochain à l’ESCP Europe. 

Infos et inscription : http://obs-commedia.com/event/

LAISSER UN COMMENTAIRE